Le concept du Corpus
Le concept du Corpus est un système de mesure permettant d'analyser la posture et la motricité et de consigner les résultats. Ces documents d'analyse donnent au médecin une aide au diagnostic, au thérapeute un point de départ net de même qu'aux techniciens et aux cordonniers orthopédistes lors de la fabrication des accessoires correspondants d'assistance synergique. L'évaluation de l'analyse numérique de la posture renseigne sur les écarts verticaux, les angles et les courbures entre les différents segments du corps. Ceux-ci sont alors calculés avec précision.

L'analyse de la posture est effectuée avec des vues numériques latérale, frontale et arrière devant une paroi de mesure évaluatrice d'une hauteur correspondante et une plaque d'angle. Le concept Corpus se base lors de son évaluation sur les différents angles et écarts verticaux qui reposent eux sur les valeurs chiffrées attestées dans la nomenclature médicale et qui aident à l'estimation finale lors de l'analyse.

Des contrôles de motricité ont été intégrés dans ce test avec le concept Corpus permettant de vérifier les capacités d'équilibre et de coordination du patient. De même, les résultats d'un examen orthopédique et de tests musculaires sont inclus au protocole du concept Corpus. .
Stacks Image 772
Monde du travail: diagnostic de douleurs lombaires
Ce concept dresse automatiquement un rapport pouvant compléter les mesures thérapeutiques éventuelles du médecin mais aussi les exercices d'entraînement quotidiens du patient. Ces données sur le patient et la série d'image sont enregistrées dans une base de données et peuvent être consultées même des années plus tard pour effectuer une comparaison

Cette analyse ne sert pas seulement en cas de troubles dans le domaine de l'appareil dorsal, de la posture ainsi que de l'axe des jambes, elle met également en évidence les causes du SADAM (syndrome algo-dysfonctionnel de l'appareil manducateur) donnant ainsi au médecin traitant la possibilité d'éliminer ces troubles à l'aide de mesures thérapeutiques adaptées.

Elle est également particulièrement bien adaptée aux enfants pour accompagner leur croissance des premiers âges à l'âge adulte en ce qui concerne leur axe des jambes et leur voûte plantaire. Il permet aussi d'effectuer des tests avec les cartables et les sacs de classe permettant d'éliminer les effets d'une mauvaise posture par l'analyse et les mesures thérapeutiques correspondantes.

L'analyse des tests effectués est remise au médecin traitant, au patient et, dans la cas des enfants et des adolescents, à leur parents.
Stacks Image 814
Sport de compétition: Mesure de l?axe de la jambe pour des problèmes de pied et de genou
Quand les enfants grandissent, les jambes arquées et en X sont tout à fait normales

Jusqu'à l'âge de l'entrée à l'école primaire, les déformations supposées des jambes, comme les jambes arquées ou en X ou les pieds tournés vers l'intérieur, sont en général dues à un retard de croissance.
C'est ainsi que les nourrissons et les jeunes enfants ont toujours les jambes arquées.

Si un enfant d'un an se tient droit, les pieds écartés, ses jambes sont alors visiblement arquées. On peut facilement passer la main dans toute sa largeur entre les articulations des genoux.

Les jambes arquées disparaissent en règle générale vers la fin du premier âge et 1 an plus tard déjà, on peut constater chez certains enfants des jambes fortement en X chez qui il ne s'agit cependant qu'une déformation infantile passagère, de jambes temporairement cagneuses donc. Avec le temps, elles pèseraient sinon de manière très défavorable sur les pieds. Elles doivent donc basculer vers l'intérieur pour maintenir l'équilibre.

On peut ainsi constater que les jambes arquées ont évolué au plus tard jusqu'à l'âge de 3 ans, ce n'est cependant pas maladif.
Au cours des années qui suivent, cette position en X diminue avec la croissance et lors de l'entrée à l'école primaire et au plus tard à 8 ans ces jambes fortement cagneuses ont en général disparu. Des jambes avec une physiologie légèrement en X peuvent se maintenir si bien que même les pieds joints, on peut encore passer 1 ou 2 doigts dans l'interstice à l'intérieur des genoux.

Lors des examens de routine des enfants, 80% d'entre eux présentent un axe des jambes sain après 10 ans. Chez 11% d'entre eux, on constate des jambes fortement en X et chez 9% des jambes arquées.

Stacks Image 858
Ecole: tension causée par les cartables
Ces cas doivent impérativement être suivis de près au cours des phases de croissance suivantes pour vérifier que ces déformations de l'axe des jambes disparaissent. Cette forme plusieurs fois modifiée lors du développement du nourrisson à l'adolescent est également une réaction de la croissance du corps entier au cours de laquelle les hanches et la colonne vertébrales sont remaniées. Par conséquent, les scientifiques attribuent ce développement singulier des jambes à une intelligence propre des os.

Les os sont principalement constitué d'une structure dure en bâton de forme spongieuse qui se développe au cours de la vie de telle manière que les forces exercées de l'extérieur, comme par exemple quand on coure, on saute ou bien également quand on tombe, ne pèsent qu'au minimum sur les os.

Pour qu'un mouvement puisse être réalisé, celui-ci est exécuté par les muscles qui commencent et finissent par les tendons sur les os. C'est-à-dire qu'une musculature bien entraînée exerce des forces sur les os auxquels elle est fixée par les tendons qui les stimulent et favorisent enfin leur croissance. C'est pour cette raison qu'il faut veiller à ce que les enfants et les adolescents fassent du sport correctement puisque ce n'est qu'ainsi, et il faut en être bien conscient, qu'ont atteint une quantité suffisante de mouvements pour une croissance saine des pieds, des jambes et de tout le squelette de l'enfant.

Les scientifiques du centre hospitalier universitaire de Münster montrent la complexité des processus de remodelage des os si bien qu'ils ne présentent un axe des jambes normal qu'à l'âge de 6 ans. Les scientifiques du centre hospitalier universitaire de Münster, Dieter Rosenbaum, Kerstin Bosch et Joachim Greß, ont suivi le développement d'enfants pendant plus de 9 ans dès l'âge de 14 mois.
Stacks Image 942
Prévention: posture et croissance
À côté des modifications du squelette dues à la croissance, ils ont également constaté des changement nets de la démarche (voir aussi l'interview de Maximilian Werding dans le Saaramateur édition… de l'année… « Conseils d'entraînement des jeunes espoirs, comparaison internationale dans le sport de haute compétition » qui donnent à réfléchir justement à la formation des jeunes espoirs dans le sport d'élite allemand qu'il s'agisse de sports d'équipe ou de disciplines individuelles).

Les pédiatres font état de parents inquiets qui observent les démarches tournées vers l'intérieur de leurs enfants et craignent donc une posture maladive. Ici aussi, les scientifiques peuvent très souvent les rassurer étant donné qu'au cours de la croissance, l'angle dans lequel le col du fémur - l'extrémité inclinée de l'os de la cuisse - entre dans l'articulation de la hanche est tourné vers l'avant. À 30°, cette rotation est encore très importante chez les enfants.

En conséquence de quoi, le corps fait légèrement pivoter la jambe vers l'intérieur de la hanche pour que la tête du fémur soit parfaitement placée dans le cotyle permettant ainsi de délester au maximum l'articulation. C'est ainsi qu'apparaît la démarche tournée vers l'intérieur des enfants.

Au cours de la croissance, cet angle de rotation diminue et le corps n'est plus obligé de tourner la jambe autant vers l'intérieur lors de la marche, la jambe et le pied pivotent légèrement vers l'extérieur.

...Chez les enfants ce pivotement ne se fait pas seulement en longueur mais aussi vers l'extérieur comme un tire-bouchons pendant la croissance.

Jusqu'à l'âge de 2 ans, les enfants marchent tout d'abord toujours avec les pieds fortement tournés vers l'intérieur. Au cours des années qui suivent, leurs jambes pivotent cependant de plus en plus vers l'extérieur. À 6 ans, leurs pieds sont déjà tournés vers l'extérieur sur 5° environ. À partir de 12 ans, les hanches et le bas de la jambes ont tellement pivoté que les pieds sont tournés de 5° à 15° vers l'extérieur quand les genoux sont parfaitement alignés vers l'avant. C'est ainsi que lors de la marche, le poids du corps est automatiquement reporté sur l'articulation entre le métatarse et la phalange du gros orteil. À 14 ans au plus tard, l'axe des jambes des adolescents doit avoir trouvé sa position finale.

Les parents peuvent alors tester eux-mêmes si c'est le cas : quand l'enfant se tient droit et que ses chevilles se touchent, il doit y avoir un écart d'une largeur équivalente à 2 doigts environ entre ses genoux tendus.

Mais :
Toute autre position n'est cependant pas nécessairement une déformation et certainement pas maladive. Nous ne sommes pas tous fabriqués dans le même moule, nous sommes des individus différents avec chacun une croissance individuelle.